question
Un devis ?
Contactez-nous

Comment contester une décision prise en assemblée générale de copropriété ?

Au cours de l’assemblée générale, les résolutions sont votées par l’ensemble des copropriétaires présents, en fonction des règles de majorité qui s’appliquent. Le résultat des votes figure ensuite au procès-verbal, qui vaut pour mise en œuvre de ces décisions. Toutefois, il existe un recours permettant aux copropriétaires de contester une, voire plusieurs résolutions votées au cours de l’AG. Il leur faudra pour cela suivre un certain nombre de principes ainsi qu’une procédure bien précise.

Pourquoi contester une résolution votée en AG de copropriété ?

Le droit de contester une résolution votée en AG est prévu par la loi du 10 juillet 1965, article 42, alinéa 2. Celui-ci permet aux copropriétaires de mettre en doute la validité des décisions, voire de l’assemblée générale tout entière.

Cette possibilité est prévue en cas :

  • de vice de forme (une irrégularité dans le déroulement des votes, un non-respect des règles de majorité en vigueur, un défaut de convocation ou de mise à disposition des documents obligatoires, etc.) ;
  • ou de problème de fond (décision frauduleuse, impactant les droits de jouissance d’un ou plusieurs copropriétaires, s’avérant contraire à l’intérêt général de la copropriété, etc.).

Mains levées avec croix rouge pour montrer la contestation de décisions prises en AG par les copropriétaires

Quelles décisions d’assemblée générale des copropriétaires est-il possible d’annuler ?

La loi ne précise pas explicitement la définition d’une « décision d’assemblée générale » dans le cadre de la copropriété. Toutefois, la jurisprudence tend à considérer qu’il s’agit des questions ayant été soumises à la délibération et au vote de l’assemblée générale, et ayant recueilli un consentement majoritaire à l’issue dudit vote. Aussi, il sera difficile, voire impossible de récuser un élément mentionné dans le procès-verbal de l’assemblée générale des copropriétaires, mais n’ayant pas été soumis au vote, comme un simple « donné acte », qui revêt un caractère informatif davantage qu’une décision de l’assemblée au sens strict du terme.

En revanche, il est possible de contester une décision qui a donné lieu à une délibération, voire à un vote de l’assemblée générale de copropriété, alors qu’elle ne figurait pas à l’ordre du jour annoncé en préambule. De même, on peut rejeter une résolution n’ayant pas été votée au bon régime de majorité (par exemple, une majorité simple au lieu d’une majorité absolue). On peut aussi contester une décision limitant les droits des copropriétaires, ou prise dans le seul but de favoriser les intérêts personnels des copropriétaires majoritaires au détriment des autres (on parlera alors d’abus de majorité).

Peut-on annuler une AG de copropriété dans son ensemble ?

Si le recours ne porte que sur une ou plusieurs résolutions, et que la justice se prononce en faveur de cette contestation, alors les décisions irrégulières prises en assemblée générale des copropriétaires sont annulées purement et simplement. En revanche, les autres résolutions votées au cours de l’AG continuent de s’appliquer.

En revanche, si la contestation porte sur un vice de forme, comme lorsque la convocation n’a pas été réalisée dans les règles (documents manquants, défaut de convocation de certains copropriétaires, ordre du jour incorrect ou manquant), alors le tribunal peut prononcer l’annulation de l’assemblée générale de copropriété dans son ensemble, et de toutes les décisions ayant été votées à cette occasion. Celle-ci devra donc être convoquée de nouveau pour procéder à de nouvelles délibérations.

Qui peut contester une résolution votée par le syndicat des copropriétaires ?

De toute évidence, seuls les copropriétaires peuvent contester une décision de l’assemblée générale. La deuxième condition est que seuls les copropriétaires opposants ou défaillants sont en droit d’exprimer un recours. Les copropriétaires opposants sont ceux ayant voté contre la ou les décisions contestées, les copropriétaires défaillants ceux ayant été absents le jour du vote. À noter que les abstentionnistes ne sont pas considérés comme opposants ou défaillants, et sont donc exemptés de ce droit.

En revanche, il existe deux exceptions à ces règles :

  • s’il est démontré qu’un copropriétaire ayant voté « pour » a été victime de tromperies ou de manipulations (par exemple, s’il ne disposait pas des informations suffisantes pour voter de manière éclairée) ;
  • si le copropriétaire absent avait confié son pouvoir à un mandataire, et que ce dernier a voté « pour » une résolution qui ne figurait pas à l’ordre du jour, alors la contestation demeure possible.

 

La contestation d’AG de copropriété étape par étape

Vous n’avez pas besoin de démontrer que vous avez subi un préjudice pour contester une résolution de l’assemblée générale des copropriétaires. Un copropriétaire doit seulement prouver que la ou les décisions n’ont pas été votées selon les règles prévues par la loi. Pour ce faire, vous devez impérativement vous faire représenter par un avocat. Vous devez ensuite formuler un recours auprès du tribunal du lieu de l’immeuble. Si ce dernier vous donne raison, la décision irrégulière sera annulée, et vous pourrez recevoir des dommages et intérêts en réparation du préjudice subi, le cas échéant.

Attention, toutefois, cette procédure peut être longue et coûteuse : mieux vaut être certain de savoir dans quoi vous vous embarquez, car dans certains cas, celle-ci peut s’avérer plus préjudiciable que la décision contestée elle-même. Par ailleurs, le verdict du tribunal peut se retourner contre vous s’il s’avère que vous aviez tort. Dans ce cas, c’est le copropriétaire frondeur qui risque d’être condamné à verser des dommages et intérêts au syndicat de copropriétaires, pour cause de recours abusif.

Deux copropriétaires remplissant des papiers pour contester une décision prise en AG

Quel est le délai de contestation d’une résolution d’assemblée générale ?

La contestation d’une décision d’AG de copropriété peut avoir lieu dans un délai de deux mois à partir de la notification du procès-verbal de l’assemblée générale par le syndic. Ce dernier dispose par ailleurs d’un délai d’un mois à compter de la date de l’AG pour envoyer cette notification. Au terme de ce délai, il est trop tard pour saisir le tribunal : les décisions de l’assemblée générale des copropriétaires sont considérées comme valides et incontestables, même en cas d’irrégularité.

Seule exception à cette règle : lorsque le syndic a manqué à son obligation de notification du procès-verbal (si, par exemple, celui-ci a été envoyé au-delà du délai d’un mois, ou n’a pas été envoyé du tout), la décision peut alors être contestée pendant une durée maximale de cinq ans.

A lire également

Voir tous les articles
Le vrai syndic en ligne des petits immeubles

Parce que pour nous une petite copropriété a le droit d’être gérée par un vrai syndic et de bénéficier des mêmes garanties qu’une grande copropriété.

Découvrir l'offre
A partir de
9,90 €
par lot / mois*
contrat sans engagement… de durée ! (1)
Assemblée générale : libéré, délivré ! (2)
Restez zen, on est responsable !
Comptabilité et charges enfin claires !

* Offre soumise à conditions. (1) La résiliation anticipée du contrat Syndic One est facturée 49€ du lot avec un minimum de facturation de 249€, elle peut intervenir dès la fin du 3ème mois suivant la signature du contrat de gestion et par décision des copropriétaires convoqués en assemblée générale extraordinaire. Cette disposition ne s’applique qu’aux contrats de gestion signés à partir du 01 novembre 2020. (2) Fonctionnalité réservée aux copropriétés de moins de 5 lots et/ou moins de 15.000€ de budget annuel, conformément à l’article 41-8 de la loi N°65-557 du 10 juillet 1965.