question
Un devis ?
Contactez-nous

5 raisons de s’investir dans la vie de son immeuble

Vous êtes du genre ermite ? Vous préférez vivre reclus dans votre logement plutôt que d’interagir avec votre environnement ? Ce n’est pas la meilleure manière d’appréhender la vie en collectivité. Lorsque vous êtes copropriétaire au sein d’un immeuble, vous êtes amené à partager des décisions – via l’assemblée générale de la copropriété – et surtout cohabiter dans un même lieu de vie. Socialiser et participer aux décisions vous évitera les mauvaises surprises. Mieux, cela pourrait même vous permettre de mieux vivre avec vos voisins et de vous y retrouver financièrement !

1. Maîtriser les coûts des charges communes

Lorsqu’un particulier accède à la propriété dans un immeuble, son premier contact avec la copropriété se matérialise par les provisions sur charges, ces sommes à régler à chaque trimestre pour participer au bon fonctionnement de la «collectivité». Entre les charges générales qui concernant l’administration, la conservation et l’entretien des parties communes, et les charges particulières relatives à des services collectifs et des équipements communs, leur montant moyen annuel par mètre carré approche 50€ d’après l’Association des responsables de copropriété (ARC). Pour un appartement de 60 m², cela représente tout de même la bagatelle de 3000€, une somme loin d’être anodine et qui vient directement grignoter le pouvoir d’achat ! S’investir dans la vie de l’immeuble permet à la fois de mieux comprendre la destination de ces montants, mais aussi de pouvoir mieux participer aux décisions votées en assemblée générale des copropriétaires afin d’éviter les dérives. En orientant la copropriété vers un syndic en ligne, vous pouvez même tirer le montant des charges vers le bas en collaborant avec un référent pour diminuer le coût des honoraires !

2. Peser sur les choix de l’assemblée générale des copropriétaires

Ce second point est le prolongement du premier : l’investissement minimum dans la vie de l’immeuble pour tout copropriétaire est la participation à l’AG annuelle. Celle durant laquelle les copropriétaires sont invités à approuver les comptes de l’exercice écoulé et le budget prévisionnel, mais aussi les éventuels travaux d’amélioration ou de rénovation de l’immeuble. Comme dans toute forme de démocratie, s’abstenir c’est laisser les autres choisir. Alors que s’investir dans la vie de l’immeuble, en consultant notamment l’ordre du jour joint à la convocation et en participant à l’assemblée générale pour voter les résolutions, vous pouvez agir concrètement sur les orientations prises en matière de choix de prestataires parmi différents devis. Mieux encore : en entrant au conseil syndical, vous pouvez collaborer avec le syndic de copropriété et ainsi effectuer un contrôle plus strict sur les comptes ou encore les devis soumis au vote. Vous avez accès aux documents relatifs à la gestion et l’administration de l’immeuble, vous remplissez une mission consultative auprès du syndic pour toutes les questions et notamment la mise en concurrence des marchés et contrats à partir d’un certain montant, et vous jouez un rôle d’assistance sur le choix des entreprises ou la réalisation des travaux.

3. Contribuer à l’amélioration de son cadre de vie

Un copropriétaire a les mains libres pour laisser libre cours à son imagination lorsqu’il s’agit d’aménager son logement. Hormis peut-être sur le choix des volets ou des revêtements de sols qui peuvent être soumis à des restrictions du PLU en secteur classé ou du règlement de copropriété, vous pouvez changer à votre guise la peinture de vos murs ou faire tomber des cloisons. Mais dès lors qu’il s’agit de la façade, de la toiture ou des parties communes en général, vous devez passer par l’assemblée générale des copropriétaires pour opérer la moindre modification. Comment ? En proposant un projet de résolution en amont de l’AG annuelle. Elle est à adresser au syndic de la copropriété, dans des délais suffisants pour permettre de le faire figurer à l’ordre du jour – c’est-à-dire au moins un mois avant la date de l’AG. Vous trouvez que la façade mériterait un rafraîchissement ? Vous rêvez d’un rooftop, d’un jardin partagé ou même d’une piscine collective ? Soumettez votre idée au vote des copropriétaires !

4. Créer des liens avec ses voisins

La vie en logement collectif est faite généralement de peu de vis-à-vis. Vous devez cohabiter avec vos voisins, qui peuvent être des occupants de votre résidence ou de celles alentour. Il existe la fête des voisins pour sympathiser avec les habitants de votre quartier une fois par an au printemps, le dernier vendredi du mois de mai ou le premier de juin selon les années. Mais vous pouvez aussi créer des liens tout au long de l’année pour rendre la cohabitation avec vos voisins plus agréable. À la clé : des petits services entre voisins (garde d’enfants ou d’animaux, aide aux devoirs, commissions, bricolage) dans une sorte de contrat gagnant-gagnant. S’investir dans son immeuble en partant à la rencontre de ses voisins, c’est aussi le moyen de désamorcer les conflits de voisinage autour des nuisances sonores et olfactives ! L’aménagement des parties communes peut aussi aider à créer un lieu d’échange comme un potager.

5. Participer à valoriser son patrimoine immobilier

Posséder un appartement est une forme d’investissement, qu’il s’agisse de sa résidence secondaire ou principale ou d’un placement locatif. S’investir dans la vie de l’immeuble pour garantir un lieu agréable à vivre permet aussi de préserver l’attractivité de votre logement, en vue d’une revente ou d’une location. Une façade séduisante et des parties communes propres, c’est un atout qui peut limiter le risque de vacance locative et optimiser le montant du loyer. Ces mêmes arguments peuvent éviter de faire de l’immeuble un point bloquant en vue d’une offre d’achat, ou un levier de négociation du prix à la baisse. Même lorsque vous n’êtes pas un occupant permanent du logement, vous avez donc tout intérêt à participer aux assemblées générales de la copropriété et garder un œil sur les projets qui concernent l’environnement du logement…

A lire également

Voir tous les articles
Le vrai syndic en ligne des petits immeubles

Parce que pour nous une petite copropriété a le droit d’être gérée par un vrai syndic et de bénéficier des mêmes garanties qu’une grande copropriété.

Découvrir l'offre
A partir de
9,90 €
par lot / mois*
contrat sans engagement… de durée ! (1)
Assemblée générale : libéré, délivré ! (2)
Restez zen, on est responsable !
Comptabilité et charges enfin claires !

* Offre soumise à conditions. (1) La résiliation anticipée du contrat Syndic One est facturée 49€ du lot avec un minimum de facturation de 249€, elle peut intervenir dès la fin du 3ème mois suivant la signature du contrat de gestion et par décision des copropriétaires convoqués en assemblée générale extraordinaire. Cette disposition ne s’applique qu’aux contrats de gestion signés à partir du 01 novembre 2020. (2) Fonctionnalité réservée aux copropriétés de moins de 5 lots et/ou moins de 15.000€ de budget annuel, conformément à l’article 41-8 de la loi N°65-557 du 10 juillet 1965.