CC0 1.0A l’heure du tout connecté, impossible d’envisager un logement tel un bunker coupé du monde ! Une copropriété se doit de donner accès aux nouvelles technologies à ses occupants, mais aussi de profiter de ses progrès pour faciliter le quotidien. La télévision est un « droit acquis » de longue date, tandis que la fibre optique essaie de s’inviter dans tous les logements. En attendant que les objets intelligents ne démocratisent la domotique. Un syndic en ligne, c’est déjà un premier pas vers une copropriété connectée !

JeanneMenjoulet&Cie/CC BY-ND 2.0

Comment recevoir la télévision dans sa copropriété ?

Aucun immeuble ne peut faire l’économie d’assurer la réception de la télévision numérique terrestre (TNT). C’est même un droit inscrit dans la loi !

Le droit à l’antenne, ça existe !

Il existe, en France, ce que l’on appelle le « droit à l’antenne ». Institué par les lois du 2 juillet 1966 et du 4 août 2008, ce droit assure à chaque occupant d’un logement que le propriétaire de l’immeuble dans lequel il vit ne pourra s’opposer à l’installation et à l’entretien d’une « antenne extérieure réceptrice et émettrice de télécommunication fixe ».

Copropriété et droit à l’antenne

Dans le cas d’une copropriété, une procédure stricte existe pour bénéficier de ce droit à l’antenne. Tout d’abord, pour une antenne collective, la décision doit être prise en assemblée générale, à la majorité de tous les copropriétaires. En théorie, l’AG pourrait donc refuser ; mais, le droit à l’antenne s’appliquant pour chacun des habitants, rares sont les copropriétaires à refuser… notamment pour ne pas voir fleurir les paraboles aux fenêtres de l’immeuble ! L’assemblée générale des copropriétaires doit donc « acter » l’installation d’une antenne collective.

Copropriété et paraboles individuelles

Dans le cas d’une installation d’une antenne ou d’une parabole personnelle, le copropriétaire demandeur doit informer, via une lettre recommandée avec accusé réception, le syndic représentant de la copropriété de son projet. Le courrier doit être accompagné d’une description détaillée des travaux qui vont être lancés. Dans l’idéal, cette description doit être accompagnée d’un schéma. Enfin, l’objectif de l’installation doit être notifié : il convient d’indiquer la nature des programmes qui pourront être reçus via la nouvelle antenne ou le nouveau raccordement (TNT, télévision par satellite, etc.).

Groman123/CC BY-SA 2.0

Copropriété : comment se raccorder à la fibre optique ?

L’internet à très haut débit se démocratise ! De plus en plus de villes sont raccordées à la fibre optique, qui offre des performances très supérieures à l’ADSL. Comment en profiter dans sa copropriété ?

Fibre optique : bienvenue dans le très haut débit

La fibre optique est, à ce jour, la technologie grand public la plus performante en matière de transport des données. Celles-ci circulent à la vitesse de la lumière ! La fibre optique est composée de silice, ce qui permet le transport des données via une onde lumineuse. Le gain par rapport à l’ADSL est énorme, avec des débits de 20 à 100 Mb/s.

Fibre optique : êtes-vous éligible ?

La première chose à faire pour raccorder son immeuble en copropriété à la fibre optique ? Vérifier que celle-ci… passe bien dans la ville où se trouve le bâtiment. Pour cela, il suffit de contacter l’ARCEP, qui confirmera ou infirmera la présente de cette technologie dans les rues environnantes.

Fibre optique : la convention entre l’opérateur et le syndic

Si éligibilité il y a, le syndic doit formuler une demande de raccordement auprès d’un ou plusieurs opérateurs. C’est à l’assemblée générale de se prononcer par la suite sur les différentes offres. L’opérateur sélectionné signe alors une convention avec le syndic, puis dispose de six mois pour justifier son statut « d’opérateur d’immeuble » en procédant au raccordement. Les habitants n’auront alors plus qu’à contacter l’opérateur de leur choix — pas obligatoirement celui qui s’est occupé du raccordement de l’immeuble — pour que soit réalisée « l’installation verticale » (de l’immeuble à chaque logement).

© SFR

Copropriété : comment profiter de la domotique ?

Avec la domotique, la technologie prend le contrôle de votre logement pour vous faciliter la vie au quotidien ! Les copropriétés peuvent également en profiter.

Domotique : la maison intelligente

Après l’informatique, l’Internet, les smartphones, les tablettes et les objets connectés, la domotique pointe le bout de son nez ! Derrière ce terme un brin mystérieux se cache l’automatisation des tâches dans l’habitat. On parle de maison intelligente : la domotique permet de piloter les appareils électriques à distance et d’automatiser certaines actions depuis son smartphone ou sa tablette :

  • réguler le chauffage ;
  • contrôler l’éclairage ;
  • manipuler les volets roulants ;
  • ouvrir le portail ou la porte du garage ;
  • accéder à ses caméras de vidéosurveillance ;
  • commander ses appareils électroménagers ;
  • etc.

Domotique : ce que proposent déjà les FAI

Preuve de la montée en puissance de la domotique dans les foyers, les fournisseurs d’accès à internet proposent des options spécifiques. SFR avec Home et Orange avec Homelive constituent des ensembles d’accessoires (télécommandes, interrupteurs, thermomètres, détecteurs, sirène, caméra, prises et ampoules connectées) qui permettent de programmer des scénarios ou de simuler sa présence même lors des vacances. D’autres acteurs se sont positionnés sur la domotique, notamment les fabricants de matériel électrique :

  • Haver avec le système domotique knx tebis ;
  • Legrand avec les solutions MyHOME ;
  • etc.

Domotique : quels usages en copropriété ?

La domotique s’entend davantage comme un service à l’échelle du logement que de la copropriété. Néanmoins, il existe des outils adaptables en copropriété :

  • l’écran LCD interactif, installé dans le hall de l’immeuble, pour communiquer (prochaine AG, coupure d’eau chaude, etc.) ;
  • les compteurs connectés, pour accéder facilement à ses consommations partagées (gaz, eau, etc.).